pulp.


    En somme, l'Enfer est ce que vous en faites.

*

    Vivre épuise quand on ne cesse de perdre. Je me sentis brusquement une loque impuissante.

*

    Des siècles s'écoulèrent. Et on continuait d'attendre. Tous, autant que nous étions. Est-ce que les fêlés savent que c'est la perte de temps qui rend les gens fous ? Toute notre vie, on attend. Que ça passe ou que ça casse. On fait la queue pour acheter du papier cul. Pour encaisser un chèque. Et, quand on est sans un, on fait tout de même la queue. Plus longtemps encore. On attend le sommeil et on attend le réveil. même topo pour le mariage et le divorce. On attend la pluie et on attend qu'elle cesse. On attend l'heure de passer à table, puis celle d'y retourner. On attend chez le psychiatre au milieu d'une bande de psychotiques, tout en se demandant si l'on n'en est pas un soi-même.

*

    Rien n'égale la solitude du raté. Or la planète regorge de types qui écoutent la pluie tomber, en se demandant si cette comédie a un sens. Telle est la vérité de la vieillesse : poser son cul quelque part et soliloquer à l'infini sur le que faire ?

.