15 janvier 2011

Des profondeurs... [Stéphanie JANICOT]

____Il s'agaçait de s'être mis dans une telle contradiction : partagé entre son habitude de ne rien voir pour ne pas s'engager et le désir d'accéder enfin à la paix avec son passé, avec sa culpabilité, avec lui-même. * ____Une rencontre, c'est déjà beaucoup. Il ne faut pas en demander plus. * ____Je n'aurais jamais cru que j'en sortirais vivante. J'avais trop mal. Je pensais qu'on pouvait mourir d'aimer et de perdre. Mais tu vois, je me suis trompée. C'est peut-être grâce à toi ou peut-être est-ce seulement la vie. Roméo et... [Lire la suite]
Posté par BoutsDeMathilde à 17:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 octobre 2010

Lire aux cabinets [Henry MILLER]

. .____Nous lisons [...] pour nous délivrer de nous-mêmes..
Posté par BoutsDeMathilde à 00:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 septembre 2010

Les juins ont tous la même peau [Chloé Delaume]

. ____L'adolescence raffole de la douleur du monde. * .____Mes cauchemars si nombreux, fertiles, au garde-à-vous, me guettaient dès le lit avec application croque-mitaines fonctionnaires, le vide je le voulais parce que j'étais le jour plongée en solitude mais dès le crépuscule envahie à l'excès. * ____Ne pas pouvoir répondre aux pourquoi si nombreux, aux pourquoi qui détiennent un petit quelque chose qui doit avoir un sens, plein de sens bout à bout ça donnerait un grand tout, le grand tout, le puzzle. .
Posté par BoutsDeMathilde à 20:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 mars 2010

Mémoires d'un jeune homme dérangé [Frédéric BEIGBEDER]

. . . ____J'ai l'air de dénigrer cette époque mais il n'en est rien. C'étaient de beaux moments, la vie pesait moins lourd. On ne peut pas comprendre ça de l'extérieur. * ____Nous formions ce qu'on appelle un jeune couple dynamique, c'est-à-dire que nos deux égoïsmes se complétaient et que notre paresse sentimentale nous rapprochait considérablement. * ____Rien ne sert de courir, il faut partir à pied. * ____Ma vie est une suite d'éjaculations précoces ; je n'ai jamais su me retenir de vivre. * ____Et le jour s'est... [Lire la suite]
Posté par BoutsDeMathilde à 19:08 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
12 août 2009

Le fait du prince [Amélie NOTHOMB]

. . ____ <!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Cambria Math"; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-1610611985 1107304683 0 0 159 0;} @font-face {font-family:Calibri; panose-1:2 15 5 2 2 2 4 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:swiss; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-1610611985 1073750139 0 0... [Lire la suite]
Posté par BoutsDeMathilde à 19:11 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
24 juin 2009

Tout est illuminé [Jonathan SAFRAN FOER]

. . ____Il s'éveillait chaque matin avec le désir de bien faire, d'être quelqu'un de bien et dont la vie aurait un sens, d'être, aussi simple que cela paraisse et aussi impossible que c'était en réalité, heureux. Et dans le cours de chacune de ses journées, son cœur descendait de sa poitrine à son ventre. Dès le début de l'après-midi, il était envahi par le sentiment que rien n'était bon, ou bon pour lui en tout cas, et par le désir d'être seul. Quand venait le soir, son désir était satisfait : seul dans l'immensité de son... [Lire la suite]
Posté par BoutsDeMathilde à 00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

08 mars 2009

Quelqu'un d'autre [Tonino BENACQUISTA]

. . ____Sans être malheureux, Gredzinski avait fait de l'intranquilité son état naturel. Depuis longtemps, il acceptait de retrouver chaque matin sur son chemin le monstre froid de son anxiété, que rien ne venait calmer, sinon une activité fébrile qui lui interdisait de goûter au moment présent. Tout au long de la journée, Nicolas s'efforçait de garder un temps d'avance sur elle jusqu'aux douces minutes qui précédaient le sommeil. * ____Tout le monde est artiste, certains ont l'aplomb de le penser plus fort que... [Lire la suite]
Posté par BoutsDeMathilde à 23:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 février 2009

L'amour dure trois ans [Frédéric BEIGBEDER]

. . ____Quelle perte de temps aussi de vouloir se tuer, quand on est déjà mort. * ____C'est donc cela, la vie d'adulte : construire des châteaux de sable, puis sauter dessus à pieds joints, et recommencer l'opération, encore et encore, alors qu'on sait bien que l'océan les aurait effacés de toute façon ? * ____Longtemps, mon seul but dans la vie était de m'autodétruire. Puis, une fois, j'ai eu envie de bonheur. C'est terrible, j'ai honte, pardonnez-moi : un jour, j'ai eu cette vulgaire tentation d'être heureux. Ce que j'ai... [Lire la suite]
Posté par BoutsDeMathilde à 22:36 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
18 janvier 2009

La peur de Montalbano [Andrea CAMILLERI]

. . ____Il [...] avait [...] cette manie que, une fois qu'il avait commencé à lire une chose quelconque, article, essai, roman, il n'était absolument pas capable de  la laisser à mi-chemin, il devait absolument poursuivre jusqu'à la fin. .
Posté par BoutsDeMathilde à 18:21 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
12 janvier 2009

Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi [Mathias MALZIEU]

. . ____La seule manière de tuer la mort, c'est de rester en vie. * ____J'aime les livres qu'on peut mettre dans les poches, trimballer, aimer, prêter, corner, donner, racheter pour relire ses passages préférés. * ____J'ouvre le premier livre [...]. Il ressemble à un vieux grimoire, mais format poche. La couverture est aussi épaisse et rugueuse que l'écorce d'un arbre. Je le manipule comme j'aime le faire avec mes livres fétiches. Passer le plat de le main dessus, l'ouvrir, le fermer, le feuilleter en accéléré à... [Lire la suite]
Posté par BoutsDeMathilde à 22:07 - - Commentaires [3] - Permalien [#]