04 septembre 2009

Deuils

. ____La vie n'est qu'une succession de travails de deuils plus ou moins bien réussis. . Détail du papillon <!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Cambria Math"; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:1; mso-generic-font-family:roman; mso-font-format:other; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:0 0 0 0 0 0;} @font-face {font-family:Calibri; panose-1:2 15 5 2 2 2 4 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:swiss; mso-font-pitch:variable; ... [Lire la suite]
Posté par BoutsDeMathilde à 22:58 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

25 août 2009

Vacarme

Ecrit le 16 janvier 2009 . ____Elle sort dans la rue et, aussitôt, ça fuse de partout.____Ce petit garçon qui attend avec sa mère pour traverser et qui se retourne pour regarder le bonhomme rouge du passage pour piéton. Et ses yeux bleus.____Cette femme qui sort de sa voiture emmitouflée comme s'il faisait moins quinze et qui semble avoir un tapis sur le dos.____Des morceaux de viande sur le trottoir qui pourraient très bien être des bouts d'humain.____Cette toute jeune fille et sa manière de se comporter avec les deux mômes... [Lire la suite]
Posté par BoutsDeMathilde à 13:13 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
12 août 2009

Le fait du prince [Amélie NOTHOMB]

. . ____ <!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Cambria Math"; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-1610611985 1107304683 0 0 159 0;} @font-face {font-family:Calibri; panose-1:2 15 5 2 2 2 4 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:swiss; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-1610611985 1073750139 0 0... [Lire la suite]
Posté par BoutsDeMathilde à 19:11 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
08 juillet 2009

Inconnues

.____Elle se découvrait des douleurs inconnues.____Combien de fois était-elle morte déjà ?. .
Posté par BoutsDeMathilde à 20:04 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
01 juillet 2009

Douleur

. ____La douleur, indéniablement, fait écrire. . The Album Leaf - Twenty Two Fourteen .
Posté par BoutsDeMathilde à 23:21 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
24 juin 2009

Tout est illuminé [Jonathan SAFRAN FOER]

. . ____Il s'éveillait chaque matin avec le désir de bien faire, d'être quelqu'un de bien et dont la vie aurait un sens, d'être, aussi simple que cela paraisse et aussi impossible que c'était en réalité, heureux. Et dans le cours de chacune de ses journées, son cœur descendait de sa poitrine à son ventre. Dès le début de l'après-midi, il était envahi par le sentiment que rien n'était bon, ou bon pour lui en tout cas, et par le désir d'être seul. Quand venait le soir, son désir était satisfait : seul dans l'immensité de son... [Lire la suite]
Posté par BoutsDeMathilde à 00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

19 mai 2009

Ailleurs ?

.____Je suis allée voir ailleurs si l'air était respirable, non emprunt des douleurs qui sont censées ne pas être les miennes...____Aucune idée d'où sort cette phrase. Elle était juste inscrite quelque part dans mes papiers. Impossible de savoir où, quand, comment et, surtout, pourquoi. C'en est dérangeant, déstabilisant de ne plus se souvenir de cette infime partie de soi... ____Edit : Oh ? Eh bien si. Ai retrouvé d'où cela sortait. C'est étonnant comme on peut oublier certaines choses.... et plaisant comme on les retrouve, comme... [Lire la suite]
Posté par BoutsDeMathilde à 01:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
14 mai 2009

Deux jours à tuer

. .. ____"J'viens d'vous la dire la vérité. Mais ça fait mal. Elle tache, elle éclabousse la vérité." . Extrait du film Deux jours à tuer
Posté par BoutsDeMathilde à 20:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
05 mai 2009

The Million Dollar Hotel

. . ____"Tu ne peux pas aimer quelqu'un qui n'a aucune estime de soi." Extrait du film The Million Dollar Hotel
Posté par BoutsDeMathilde à 17:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
21 avril 2009

Train et pluie

. ____Il faisait nuit et la seule chose qu'il voyait à travers les fenêtres du train était les gouttes qui ruisselaient doucement contre celles-ci. Puis le train démarra. La pluie se mit à battre les vitres et les gouttes à couler rapidement en suivant une droite parfaite. Il resta plusieurs minutes ainsi, subjugué par ce spectacle. . <!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Cambria Math"; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:1; mso-generic-font-family:roman; ... [Lire la suite]
Posté par BoutsDeMathilde à 15:04 - - Commentaires [3] - Permalien [#]