05 janvier 2009

Ne le dis à personne [Harlan COBEN]

. . ____Les souvenirs, ça fait mal. Surtout les bons. * ____Il y a des lieux où il vaut mieux que l'esprit ne s'aventure pas ; parce qu'il s'y égare nécessairement. * ____Le chagrin peut être excessivement égoïste..
Posté par BoutsDeMathilde à 23:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

25 novembre 2008

Musique

.____Il faudrait inventer une sorte d'émetteur géant que l'on placerait dans les rues. Ou haut dans le ciel. Comme ça, ça émettrait de la musique tout le temps. Sauf qu'il y aurait des sortes de fréquences : chacun n'entendrait que la musique qu'il aime. Et comme ça, dans les rues, tout le monde sourirait. Et l'on sourirait tous ensemble.. .
Posté par BoutsDeMathilde à 23:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 novembre 2008

Feu rouge, suite.

.____Ecrit juste après avoir posté le dernier billet. Limite pulsionnel...____S'assurer que l'on plaît encore. Que l'on plaît, tout court. Mais ne pas aller plus loin. Parce que femme et enfants attendent patiemment à la maison. Parce qu'on est un bon mari, un bon père. Métro, boulot, dodo, fidélité, paternité. Même quand tout dérape. Même quand tout fout le camp. Et surtout quand rien ne transparaît, quand rien ne se voit, quand tout est encore lisse. Rester agréable, séduisant, plaisant. Rester dans l'apparence. S'assurer de ses... [Lire la suite]
Posté par BoutsDeMathilde à 23:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
03 novembre 2008

Feu rouge

. ____Ça aurait pu être un cliché. Ce fut finalement quelques mots étalés. Et même aujourd'hui, c'en est encore <!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Cambria Math"; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-1610611985 1107304683 0 0 159 0;} @font-face {font-family:Calibri; panose-1:2 15 5 2 2 2 4 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:swiss; ... [Lire la suite]
Posté par BoutsDeMathilde à 01:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 octobre 2008

Rien de grave [Justine LEVY]

. . ____[...] on n'avait pas vingt ans, on s'aimait mais on ne savait pas ce que cela voulait dire, on ne savait pas que ça voulait dire qu'on allait souffrir, qu'on allait pleurer et se battre et se faire du mal et avoir envie de mourir, on avait vu les autres mais on n'était pas les autres, on était un miracle, on allait gagner là où Ariane et Solal avait échoué, on vivait dans l'instant, on ne se posait pas de questions, on ne savait pas qu'un jour l'amour deviendrait un souvenir qui tord le cœur. * ____Est-ce... [Lire la suite]
Posté par BoutsDeMathilde à 00:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
19 octobre 2008

Le voyage d'Hector, ou la recherche du bonheur [François LELORD]

. . ____Savoir et sentir, ce sont deux choses différentes, et ce qui compte vraiment c'est sentir. .
Posté par BoutsDeMathilde à 22:19 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

25 septembre 2008

L'étourdissement [Joël EGLOFF]

. . ____Il y a toujours une heure qui n'en finit plus. Elle ressemble à toutes les autres, si bien qu'on s'en méfie pas. Et puis on se prend les pieds dedans et on s'y enlise doucement. On aperçoit la rive de l'autre côté, et pourtant il nous semble qu'on n'y arrivera jamais. On a beau se démener, on dirait même qu'on s'en éloigne au fur et à mesure que le temps passe.____Pendant que les secondes nous collent aux semelles, qu'on se traîne chaque minute comme un boulet, dehors, on s'imagine que les jours et les nuits... [Lire la suite]
Posté par BoutsDeMathilde à 18:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
01 septembre 2008

Une vie parfaite [Francis Scott FITZGERALD]

. . Nouvelle Une vie parfaite. ____N'avez-vous jamais éprouvé la fascination d'un être perdu, qui s'enfonce toujours plus loin dans le chemin pour lequel il est né, sans jamais se plaindre, sans espoir ; résigné, simplement... .* Nouvelle L'accordeur. ____- [...] je ne veux pas que vous commettiez une erreur classique. ____- Je ne suis pas en train de commettre une erreur. Mes erreurs, je les laisse derrière moi. ____- C'est vous-même que vous vous efforcez de laisser derrière vous,... [Lire la suite]
Posté par BoutsDeMathilde à 00:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
30 août 2008

Le pire des mondes [Ann SCOTT]

. . ____Il aurait pu ne rien voir. Être trop absorbé par lui-même ou feindre de ne pas remarquer, comme tout le monde. Mais ça faisait un moment, maintenant, que ce genre de détails s'imposait à lui. Les trois visions allaient donc le choquer. Elles le feraient comme bon nombres d'autres détails s'y employaient déjà chaque jour, puis par la force des choses, elles retomberaient doucement dans l'oubli. Jusqu'à ce que plus tard elles s'avèrent avoir déclenché tout ce qui allait suivre. * ____Les amitiés... [Lire la suite]
Posté par BoutsDeMathilde à 17:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 août 2008

J'étais derrière toi [Nicolas FARGUES]

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Cambria Math"; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:1; mso-generic-font-family:roman; mso-font-format:other; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:0 0 0 0 0 0;} @font-face {font-family:Calibri; panose-1:2 15 5 2 2 2 4 3 2 4; mso-font-charset:0; ... [Lire la suite]
Posté par BoutsDeMathilde à 18:09 - - Commentaires [4] - Permalien [#]