08 juin 2008

Dimanche 8 juin 2008

. ____Ecrire c'est se battre contre soi ; c'est se rendre compte que nous n'avons aucune emprise sur le temps. On reste dépendant de lui ; lui qui nous apportera ou non la matière pour écrire. On est en perpétuelle attente. L'écriture est autodestructrice en cela, à nous plonger dans l'inexorable incertitude, à se lacérer à chaque fois que l'on se rend compte que, une fois de plus, nous n'avons pas de matière. L'écriture est très probablement une quête vaine.. .
Posté par BoutsDeMathilde à 16:48 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

03 juin 2008

Mardi 3 juin 2008

. ____Ecrit à la va-vite et déposé ici sans relecture, d’où notamment le manque de concordance de temps. ____Un groupe d'ados sur un banc, près d'un Abribus. Ils sont plein d'espoir, et s'ils ne sont pas en train de plaisanter, c'est qu'ils sont en train de se projeter : les études supérieurs, la fac sans doute, les soirées étudiantes. La "liberté" comme ils pourraient nommer cela. Je continue mon chemin et plus loin ce sont quatre mères de famille que je croise, quatre poussettes. A 17-18 ans on rêve... [Lire la suite]
Posté par BoutsDeMathilde à 17:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
31 mai 2008

A l'ouest [Olivier ADAM]

. . ____Léa m’a demandé pourquoi j’avais l’air triste tout le temps comme ça. J’ai répondu que c’était juste parce que je l’étais, triste. Je n’avais pas d’autre réponse. * ____Il a marché jusqu’à la gare de l’Est. Il s’est dit qu’il pourrait prendre un train, que c’est cela qu’il faudrait faire. Il s’est dit les trains, il faut les prendre ou passer dessous. Jamais les regarder partir. * ____[…] elles ne pouvaient s’empêcher de se demander comment tout ça avait pu tourner si mal. Comment les liens... [Lire la suite]
Posté par BoutsDeMathilde à 23:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mai 2008

Elle drague, aguiche, embrasse...

.Ecrit le 25 mai 2008. ____Elle drague, aguiche, embrasse. Elle ne compte plus les types qui sont passés dans son lit. Ça n’a plus d’importance depuis longtemps. Elle se perd et c’est tout ce qui compte. ____Lui, celui auquel est s’est accrochée sans même sans rendre compte, sans le vouloir ni le décider ; lui qui l’a laissée sur le bas-côté alors qu’elle tenait, malgré ce qu’elle pouvait dire, à lui, vient vers elle et lui demande si ce qu’elle fait, si sa perte dans les bras de ces différents types lui convient.... [Lire la suite]
Posté par BoutsDeMathilde à 23:19 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
20 mai 2008

Lundi 19 mai 2008

. ____J'ai mal et j'ai peur du vide. Du vide intérieur plus que du vide lié à l'absence de l'autre. Parce que l'absence de l'autre est palpable, dicible ; mais celle qui est en soi on ne peut l'expliquer. Elle est là et on est à deux doigts de gerber, sauf que rien ne sort. On ne voit rien et pourtant on aurait juré que tout allait sortir. On est sûr que si on ouvre grand la bouche devant un miroir on arrivera à la voir. Mais rien. Il n'y a rien et c'est tout. Il n'y a rien et là est justement ce qui lacère. On se lacère à coups de... [Lire la suite]
Posté par BoutsDeMathilde à 01:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
19 mai 2008

Je voudrais tant revenir [Yves SIMON]

. . ____J’ai la mémoire des mots. Je mémorise conversations, romans, discours en un tour de main. […] Je peux ressortir des fragments de chapitres, les débuts et les fins des romans qui m’ont le plus marqué et dont je me sers pour vivre. * ____Une fois par semaine je recueille dans un coquetier les ongles de mes mains, ceux de mes pieds […]. J’ai tant le sentiment de perdre qui je suis dans les dédales de la ville, sur les plate-formes encombrées des autobus, que j’ai pris l’absurde habitude de préserver ces... [Lire la suite]
Posté par BoutsDeMathilde à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 mai 2008

Dishes

. ____Dishes. Tel est le titre de la nouvelle que Tinissou a déposée sur son blog, et dont voici un extrait du commentaire que j'y ai laissé :____Les relations humaines sont destructrices, ce justement parce que l’on se terre en soi, par peur du réel, de la relation vraie, de la confrontation. On fuit les autres alors que c’est nous-mêmes que nous fuyons. L’affrontement aux autres, au monde, et donc de soi est violent, c’est un fait, mais néanmoins nécessaire. .
Posté par BoutsDeMathilde à 14:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 mai 2008

Mardi 13 mai 2008

. ____Ne cherche pas à comprendre les mots de cette lettre. Je ne suis pas sûre qu'ils aient réellement un sens. C'est juste ainsi. Les choses n'ont peut-être parfois pas de sens. Et cela vaut très certainement pour nos questionnements. La vie n'a pas de sens, si ce n'est le nôtre. .
Posté par BoutsDeMathilde à 03:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 mai 2008

Détails...

.____Pas un bout de lettre ni même de mail, mais d'une conversation sur MSN. Il existe parfois de jolies rencontres sur le Net.____Il faut déjà savoir regarder ce qu'il y a autour de soi avant de passer son temps à rêver. Il y a mille choses à voir autour de soi, sans même voyager, juste chaque jour au quotidien. Les gens oublient cela et l'on s'étonne parfois que je m'attarde sur un détail. Le soir quand je sors je lève la tête au ciel pour voir dans quelle cycle est la lune. Et cet hiver j'ai été émerveillée de voir les... [Lire la suite]
Posté par BoutsDeMathilde à 02:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 mai 2008

Vendredi 2 mai 2008

.____Je ne sais où me mènent toutes ces pensées, ces intarissables réflexions. Il n'y a de réponse et ma vérité n'est celle ne personne. Chaque jour je me leste un peu plus et me noie dans mes questionnements. Les autres semblent se suffire et se complaire dans ce monde qui est dit le nôtre. Les gens sont étranges. Ils se tuent autant que moi mais n'en ont conscience. Je ne sais où tout cela nous mènera. .
Posté par BoutsDeMathilde à 00:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]